Salamandre tachetée

Salamandra salamandra (Linnaeus, 1758)

Classe : Amphibia Ordre : Urodela Famille : Salamandridae Genre : Salamandra

  • 8 548
    observations

  • 1 549
    communes

  • 1 228
    observateurs

  • Première observation
    1900

  • Dernière observation
    2022

Informations sur l'espèce

C’est un des plus grands amphibiens Urodèles d’Europe. Sa longueur totale est de 15 à 20 cm pour l’adulte. La peau, lisse et d'aspect plus ou moins luisant et "caoutchouteux", jamais grenue, est localement bosselée de glandes. La robe est typiquement noire et jaune (très rarement noire et rougeâtre) avec une disposition des taches jaunes très variable d'un individu à l'autre, qui sont tous uniques de ce point de vue et peuvent donc être identifiés individuellement sur photo. Chez la sous-espèce S. s. terrestris, qui occupe la majorité de notre région, le patron dorsal est constitué de deux séries de taches jaunes allongées, à peu près parallèles à l'axe vertébral. Chez la sous-espèce S. s. fastuosa, bien plus localisée en Occitanie (ouest des Pyrénées), les taches jaunes ont tendance à fusionner pour constituer deux bandes continues plus ou moins larges de part et d'autre de l'axe vertébral (les individus de cette ssp. présentent souvent une coloration à dominante jaune, alors que chez S. s. terrestris la coloration est plutôt à dominante noire). Il faut bien garder à l'esprit que ces caractéristiques sont d'ordre statistique et ne constituent donc pas un outil diagnostique infaillible à lui seul : la variabilité individuelle de la Salamandre tachetée est telle qu'on peut occasionnellement rencontrer des individus à robe de "type terrestris" dans l'aire de S. s. fastuosa et inversement.
La Salamandre tachetée est un animal forestier, qui fréquente divers types de boisements constitués d'arbres relativement âgés (feuillus ou résineux, presque indifféremment : chênaies, hêtraies, sapinières, pineraies...). A haute altitude cependant (étage alpin), certains éboulis ou chaos profonds lui permettent de s'affranchir du milieu forestier en lui offrant la fraîcheur, l'humidité et l'ombrage dont elle a besoin. Pour des raisons qui restent à éclaircir (inadaptation aux crues importantes ?) elle est généralement absente des vastes ripisylves de la Garonne.
Non renseignée pour le moment
Lacerta salamandra Linnaeus, 1758 | Salamandra maculata Schrank, 1786 | Salamandra maculosa Laurenti, 1768 | Salamandra vulgaris Cloquet in Lerrault, 1827 | Triton corthyphorus Wagler, 1820

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles