Grenouille agile

Rana dalmatina Fitzinger in Bonaparte, 1838

Classe : Amphibia Ordre : Anura Famille : Ranidae Genre : Rana

  • 2 349
    observations

  • 621
    communes

  • 433
    observateurs

  • Première observation
    1887

  • Dernière observation
    2022

Informations sur l'espèce

C’est une grenouille terrestre de taille moyenne mesurant de 4.5 cm à 6.5 cm environ à l’âge adulte (taille museau-cloaque), à silhouette plutôt élancée (sauf évidemment les femelles gravides…). La coloration générale est peu variable mais jamais verte (divers tons de brun plus ou moins saumonés) et l’aspect visuel est parfois très proche de celui de la Grenouille rousse, avec laquelle le risque de confusion est élevé. Ce risque est particulièrement marqué en Midi-Pyrénées, où il existe une convergence morphologique des deux espèces à basse altitude, c’est à dire précisément là où elles peuvent cohabiter (rappelons que la G. agile ne dépasse pas l’étage collinéen). En effet, les Grenouilles rousses des plaines et collines des piémonts (Pyrénées et Massif central) (voir chapitre suivant) présentent typiquement un aspect plus gracile, une peau plus lisse et des membres postérieurs plus longs qui peuvent facilement les faire passer pour des Grenouilles agiles (innombrables erreurs de détermination constatées sur photo). Il convient donc de procéder à un examen morphologique rigoureux, en s’abstenant impérativement de toute recette miraculeuse ayant depuis longtemps fait la preuve de son inefficacité absolue en Midi-Pyrénées (du genre : « Si le talon dépasse l’extrémité du museau lorsque la patte postérieure est ramenée le long du corps, c’est une Grenouille agile » etc. …). Voici donc listés les critères les plus fiables. Ils doivent, dans l’idéal, être utilisés conjointement : - Chant : sorte de ronronnement continu chez la G. rousse VS caquètement sourd chez la G. agile. Ecoutez des enregistrements ! - Callosités nuptiales du « pouce » des mâles brunes à noires chez la G. rousse VS grises chez la G. agile. Ce critère, manifestement très performant, n’est malheureusement applicable que durant une période restreinte (reproduction) et sur une partie seulement des individus … - Éventail de branchies bien développé chez les larves fraîchement écloses de la G. rousse VS « bourgeons » de branchies chez les larves de la G. agile. Bon critère, visible sur une bonne photo et permettant une détermination fiable, mais observable sur un laps de temps assez bref, entre l’éclosion et le passage au stade de têtard libre. - Chez les animaux en phase terrestre, iris de l’oeil non franchement bicolore chez la G. rousse (globalement doré, avec une zone sombre médiane à hauteur de la pupille) VS franchement bicolore chez la G. agile (tiers supérieur doré, deux-tiers inférieurs sombres). En phase aquatique, la G. agile a tendance a présenter un iris uniformément foncé (l’iris de la G. rousse est d’aspect plus constant). En outre, le liseré doré autour de la pupille est mieux défini et plus visible chez la G. rousse. - Disque tympanique plutôt petit et distant de l’oeil chez la G. rousse (souvent enfoncé dans un repli cutané) VS plutôt grand et proche de l’oeil chez la G. agile (moins enfoncé, plus affleurant). ATTENTION : la variabilité intra-spécifique reste assez forte concernant ce critère là et on peut observer des G. rousses à disque tympanique grand et proche de l’œil. Il n’est véritablement efficace que dans le cas d’individus présentant un disque tympanique très petit et très distant de l’œil : il s’agit à coup sûr de G. rousses. - Robe souvent très colorée et très tachetée chez la G. rousse VS robe à motifs peu contrastés et d’allure plus uniforme (gris, beige, saumon … ) chez la G. agile. Les grenouilles brunes portant de grandes taches noires sont presque à coup sûr des G. rousses, mais une grenouille brune sans grandes taches noires peut appartenir à l’une ou l’autre espèce … - Face ventrale blanche unie chez la G. agile VS plus ou moins discrètement tachetée chez la G. rousse. - Toujours en phase terrestre, peau d’aspect grenu chez la G. rousse VS peau d’aspect parcheminé chez la G. agile. En phase aquatique, les deux espèces tendent à présenter le même aspect flasque et lisse. - Bonds spectaculaires chez la G. agile (2 m dit-on, personnellement non mesurés mais réellement impressionnants) VS plus modestes chez la G. rousse. Soyez extrêmement prudents lors de vos diagnostics, les confusions entre la Grenouille rousse et la Grenouille agile sont réellement légion. Prenez impérativement des photos pour faire confirmer vos déterminations par des batrachologistes expérimentés.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Rana agilis Thomas, 1855 | Rana alpina Gistel, 1850 | Rana gracilis Fatio, 1862

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles