Scutigera coleoptrata (Linnaeus, 1758)

Classe : Chilopoda Ordre : Scutigeromorpha Famille : Scutigeridae Genre : Scutigera

  • 198
    observations

  • 133
    communes

  • 90
    observateurs

  • Première observation
    2005

  • Dernière observation
    2021

Informations sur l'espèce

Cette espèce est inconfondable : si vous voyez courir très vite, souvent de nuit sur les murs, un animal ressemblant à un « mille pattes » avec des pattes démesurément longues et très fines (ses antennes ont également le même aspect), à coup sûr c’est elle ! Pour compléter la description, sa couleur est d’un joli jaune marron brillant avec des bandes noires sur le dos, et sa longueur totale peut atteindre 3 ou 4 cm. Lorsqu’on a la chance de la voir assez longtemps et de près, on se rend compte que le nombre de paires de pattes n’est « que » de 15. La scutigère ne sort que la nuit, partant alors en chasse pour capturer de menus insectes (papillons, moustiques…) ou crustacés (notamment les cloportes). Elle patrouille le long des murs, ou encore au sol. Souvent, on la surprendra accidentellement lorsque rentrant tard d’une soirée, vous allumez brutalement la lumière : la scutigère est alors surprise en flagrant délit de braconnage d’insectes, sur votre sol ou sur votre mur. Parfois elle viendra aussi vous rendre visite lorsque vous êtes dans votre lit. Les observations sont souvent très furtives, quelques secondes au mieux, le temps que la bête ne disparaisse à grande vitesse sous un meuble. Les rares fois où vous l’observerez correctement seront quand elle aura dérapé dans votre baignoire et qu’elle ne pourra pas en ressortir. La scutigère a parfois une réputation injustifiée de provoquer une piqûre douloureuse. En réalité il n’en est rien, la scutigère a beau avoir une morsure terriblement efficace contre ses proies, elle reste inoffensive pour les humains.
Sous climat méditerranéen, la scutigère se rencontre dans tous les milieux un peu secs et sauvages : garrigues, maquis, pinèdes… Mais appréciant souvent les roches, fissures, et grottes, cette espèce a pris l’habitude d’habiter les murs des maisons, les caves voire l’intérieur des maisons. C’est le cas en région Midi-Pyrénées, où la plupart des observations de scutigère sont faites en ville. Elle vit en journée cachée dans des fissures, sous des pierres, des morceaux de bois, etc.
Elle est très mal connue en raison de ses mœurs discrètes, mais elle est certainement présente dans toute la région en dehors des zones de montagnes, où le climat trop froid aura raison d’elle. Le plus souvent trouvée en habitation ou en ville, la scutigère se rencontre parfois aussi en milieux naturels chauds et secs (coteaux calcaires).
Cermatia floridana Newport, 1845 | Cermatia floridensis Newport, 1844 | Cermatia livida Leach, 1817 | Cermatia variegata Risso, 1827 | Cryptomera nemura Rafinesque, 1820 | Julus araneoides Linnaeus, 1758 | Scolopendra coleoptrata Linnaeus, 1758 | Scolopendra lineata Rossius, 1790 | Scolopendra nigricans Geoffroy, 1762 | Scutigera asiaeminoris Verhoeff, 1905 | Scutigera crinita Attems, 1902 | Scutigera graeca Verhoeff, 1905 | Scutigera insularum Verhoeff, 1905 | Scutigera longipes Lamarck, 1818 | Scutigera mohamedanica Verhoeff, 1936 | Scutigera muscivora Verhoeff, 1905 | Scutigera natalensis Verhoeff, 1905 | Scutigera pretzmanni Würmli, 1973 | Scutigera rubrovittata Verhoeff, 1905 | Scutigera variegata Risso, 1826 | Scutigera vesuviana Costa, 1839 | Selista forceps Rafinesque, 1820

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles